APRES LA MORT

Publié le par YELBH


La réincarnation n'a pas de place dans la vie d'un chrétien. Déjà au troisième siècle, Origène, le grand théologien, disait : " La doctrine de la réincarnation est étrangère à la doctrine de l'Église; elle n'a pas été enseignée par les apôtres et on n'en parle nulle part dans les Saintes Écritures ".Nous ressusciterons d'entre les morts à l'image du Christ, suivant la parole de Jésus

" Celui qui croît en Moi, même s'il meurt, vivra "

Après la mort, " le purgatoire: une purification nécessaire pour la rencontre avec Dieu " dit notre pape Jean Paul II, dans son enseignement du 4 août 1999, dont voici des extraits :

Dieu est Lumière et de ténèbres, il n'y a pas trace en Lui.
Si nous disons : " Nous sommes en communion avec Lui " tout en marchant dans les ténèbres, nous mentons et nous ne faisons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la Lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le Sang de Jésus son Fils, nous purifie de tout péché. (1 Jean 1, 5-9)

Jésus, comme le grand intercesseur qui expie pour nous, se révélera pleinement à la fin de notre vie, lorsqu'il s'exprimera à travers l'offre de miséricorde mais également à travers l'inévitable jugement pour celui qui refuse l'amour et le pardon du Père. L'offre de la miséricorde n'exclut pas le devoir de nous présenter purs et intègres aux côtés de Dieu, riches de cette charité que Paul appelle "lien de perfection" (Colossiens 3, 14).

Il convient de préciser que l'état de purification n'est pas un prolongement de la situation terrestre, comme si après la mort, il était donné une autre possibilité de changer son destin. L'enseignement de l'Eglise à ce propos est sans équivoque et a été répété par le Concile Vatican II, qui enseigne:
"Ignorants du jour et de l'heure, il faut que, suivant l'avertissement du Seigneur, nous restions constamment vigilants pour mériter, quand s'achèvera le cours unique de notre vie terrestre (cf. He 9, 27), d'être admis avec Lui aux noces et comptés parmi les bénis de Dieu, au lieu d'être, comme de mauvais et paresseux serviteurs écartés par l'ordre de Dieu vers le feu éternel vers ces ténèbres du dehors où "seront les pleurs et les grincements de dents" (Matthieu 22, 13 et 25, 30)" (Lumen gentium, n. 48).

Pour ceux qui, au moment de la mort, se trouvent en condition d'ouverture à Dieu, mais d'une manière imparfaite, le chemin vers la plénitude requiert une purification complète, que la foi de l'Eglise présente à travers l'enseignement sur le "purgatoire". Le purgatoire, qui n'est pas un lieu, est donc une condition de vie où ceux qui sont dans un état de purification, participent déjà à l'amour du Christ qui les libère de leurs imperfections. Etant liés à ceux qui jouissent de la béatitude éternelle et à ceux qui vivent dans le siècle présent, ils expérimentent la solidarité ecclésiale qui opère dans la prière et dans la charité.

"A la suite de l'épreuve endurée par son âme, il verra la Lumière
et sera comblé" (Isaïe 53-11)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (15,35-49)
Frères, l'un de vous peut demander : " Comment les morts ressuscitent-ils ? Avec quelle sorte de corps reviennent-ils ? " Réfléchis donc ! Quand tu sèmes une graine, elle ne peut pas donner la vie sans mourir d'abord ; et tu ne sèmes pas le corps de la plante qui va pousser, tu sèmes une graine toute nue : du blé ou autre chose. Il en sera de même quand les morts ressusciteront. Ce qui est semé dans la terre est périssable, ce qui ressuscite est impérissable ; ce qui est semé n'a plus de valeur, ce qui ressuscite est plein de gloire ; ce qui est semé est faible, ce qui ressuscite est puissant ; ce qui est semé est un corps humain, ce qui ressuscite est un corps spirituel ; puisqu'il existe un corps humain, il existe aussi un corps spirituel. L'Écriture dit :

" Le premier Adam était un être humain qui avait reçu la vie " ;
Le dernier Adam, le Christ est devenu l'être spirituel qui donne la vie ".

PSAUME 55
Je marcherai en présence de Dieu sur la terre des vivants.

Hymne

Il viendra un soir où nul ne l'attend plus,
Peut-être appelé par son nom, quelqu'un tressaillira.
Au coeur sans mémoire, qu'un temps soit accordé
Pour qu'il se souvienne !
Il viendra un soir pareil à celui-ci,
Peut-être à l'orient, devant lui, le ciel s'embrasera.
Au pauvre, allez dire que tout s'accomplira
Selon la promesse.
Il viendra un soir où rode le malheur,
Peut-être ce soir-là, sur nos peurs,
L'amour l'emportera.
Criez à tous les hommes que rien n'est compromis
de leur espérance.
Il viendra un soir
ce sera le dernier soir du monde.
Un silence d'abord, et l'hymne éclatera.
Un chant de louange sera le premier mot
Dans l'aube nouvelle.

"Avec joie vous remercierez le Père
qui vous a mis en mesure de partager le sort des saints dans la lumière" (Colossiens.1,12)


 

http://sd-enfantement.homily-service.net

Publié dans Méditation

Commenter cet article